Vous êtes ici

Brunschwig - Taduc

Présentation de l’auteur / de la collection

Luc Brunschwig est né le 3 Septembre 1967 à Belfort (France) dans une famille modeste où s'affirmait pourtant de fortes personnalités. Une petite enfance heureuse, sans soucis, jusqu'à ce que son petit frère prenne un cahier de brouillon et se mette à écrire et dessiner les aventures de TAKOR, L'Extra-Terrestre. S'en suivront 40 volumes (toujours dans des cahiers de brouillon et réalisés entre 6 et 10 ans). Très vite, admiratif, Brunschwig lui emboîte le pas. D'autres amis viendront se joindre à eux, transformant chaque week-end, leur appartement en atelier pour futurs artistes.
A 11 ans, Brunschwig découvre les Comics américains et c'est un véritable bouleversement. Il se passionne pour ces personnages, leurs aventures « plus grande que la vie », leurs identités secrètes, leurs vies privées, leurs doutes, etc…
A cette époque, Brunschwig dessine et écrit. Mais il devient rapidement claire que l'écriture est davantage sa marotte. Il se trouve maladroit, emprunté et n'ose pas publier son travail dans des fanzines.
Il faudra attendre l'âge de 18 ans avant d'envisager plus sérieusement les choses. Dans le cadre de ses études en PUBLICITE ET MARKETING, il décide d'écrire un dossier sur les Editions Lug, éditeur français de Marvel Comics. Il rencontre alors Ciro TOTA, l'un des rares français à animer une série super-héros «Photonik » dont il assure le scénario et le dessin. TOTA lui propose de reprendre l'écriture de « Photonik » pour ne se consacrer qu'au dessin. Il arrête ses études et fait ses premières armes. Malheureusement, alors que son travail gagne en maturité, la série est définitivement arrêtée.
En 1989, il reprend des études de PUBLICITE ET MARKETING à Strasbourg, pour rassurer ses parents. Dans le cadre d'un des cours, est organisé le « 1er Carrefour de l'illustration du livre pour enfants » avec la collaboration de l'école des « Arts décoratifs » de Strasbourg. Brunschwig découvre dans cette école un véritable vivier de dessinateurs et fait la connaissance de Laurent Hirn, un jeune illustrateur. Il lui propose le scénario du « Pouvoir des innocents », un thriller de politique-fiction qui dresse un bilan douloureux de notre société en cette fin de millénaire. Les deux auteurs signent chez Delcourt et le premier album est nominé à Angoulème pour l'Alph'Art du meilleur scénario 93.
Repéré par la profession, mais préférant la qualité à la quantité, Brunschwig entame sur les 10 années suivantes 6 autres séries, toutes influencées par son goût pour les histoires noires, torturées. Ses auteurs de référence sont : les scénaristes de BD anglo-saxons comme Frank MILLER et Alan MOORE, les cinéastes Frank CAPRA, Alfred HITCHOCK, Steven SPIELBERG et Woody ALLEN et les romanciers Stephen KING, Arthur CONAN DOYLE et James ELLROY.
Brunschwig considère son écriture comme sombre, réaliste et essentiellement humaniste. Il essaie de donner à chaque personnage une véritable épaisseur et dans le meilleur des cas, une véritable profondeur. Le plus souvent, ses personnages sont victimes d'un passé trop lourd qu'ils essaient de comprendre.

Né au Perreux-sur-Marne le 5 mars 1962, Olivier TaDuc découvre tout petit la bande dessinée, grâce à des séries classiques telles qu'"Astérix", "Lucky Luke" ou "Tintin". Très tôt, le dessin lui permet de s'évader et de prolonger le plaisir qu'il a pu ressentir à la vision de certains films. Ses premiers dessins représentent, le plus souvent, des hordes de cow-boys affrontant des tribus d'Indiens. Un bac scientifique en poche, il s'égare quelque temps, et surtout par obligation familiale, sur le chemin des études de médecine avant de décider de se consacrer uniquement au dessin, et surtout à la bande dessinée. Il fréquente une fac d'arts plastiques durant quelques mois, mais cela ne lui permet pas d'assouvir sa soif de connaissance du 9e art.
En 1986, il entre au journal ‘Triolo' (édité par Fleurus), dans lequel il publie, avec le scénariste Dieter, une série BD jeunesse "La forêt de Nouhaud". Après divers travaux d'illustration ou de BD chez Bayard presse, Hachette ou Édi-Monde, il démarre, toujours avec Dieter, "Sark" (Glénat, 1990), sa première série en albums. Il entame ensuite une nouvelle et fructueuse collaboration avec Serge Le Tendre, scénariste renommé de "La quête de l'oiseau du temps" avec, dans un premier temps, la reprise des "Voyages de Takuan" (Delcourt, 1994), puis, dans un deuxième temps, la création de la série western "Chinaman" (Dupuis, 1997). Celle-ci compte aujourd'hui neuf tomes.
En 2008, à l'initiative du scénariste Nicolas Barral, il aborde une bande dessinée plus légère, voire humoristique, avec la série intitulée "Mon pépé est un fantôme"(Dupuis).
En 2013, le tandem TaDuc-Le Tendre signe son grand retour avec "Griffe blanche" (Dargaud), une série d'aventures qui se déroule dans une Chine médiévale fantastique. Le troisième et dernier tome paraît en 2015.

Livres de cet auteur / Composantes de cette collection

1 livre(s).