Vous êtes ici

Bernanos Georges

Présentation de l’auteur / de la collection

Né à Paris le 20 février 1888, Georges Bernanos restera toute sa vie marqué par son enfance et une hantise précoce de la mort. Élevé chez les jésuites, il étudie ensuite au petit séminaire de Notre-Dame-des-Champs, de 1901 à 1903. Après l'obtention du baccalauréat, en 1906, Georges Bernanos commence à Paris deux licences, de lettres et de droit. Monarchiste à vingt ans, il s'engage dans les Camelots du Roy et participe à des manifestations, ce qui lui vaut quelques jours de prison à la Santé en 1909. Il commence alors une collaboration avec le journal de Charles Maurras et Léon Daudet, L'Action française. Réformé lors du service militaire, Georges Bernanos s'engage néanmoins dans le 6e régiment de dragons et fait toute la guerre de 14-18, ou il sera plusieurs fois blessé. En 1917, il se marie avec Jeanne, dont il aura six enfants. À la fin de la guerre, il trouve un métier dans les assurances pour entretenir sa famille. Mais en 1926, après le succès de son premier roman, Sous le soleil de Satan (Plon), Georges Bernanos se consacre entièrement à la littérature. Avec L'imposture (1927), La joie (1928), et Journal d'un curé de campagne (1936), s'impose l'un des grands romanciers du siècle. En 1934, Georges Bernanos quitte la France pour Palma de Majorque et assiste à la guerre civile qui ravage l'Espagne en 1936 : dans Les grands cimetières sous la Lune (1938), il prend position contre Franco et Maurras. Pendant la Seconde Guerre mondiale, du Brésil ou il vit depuis 1938, Georges Bernanos devient l'un des animateurs spirituels de la Résistance. Il sera rappelé en France par le général de Gaulle en 1945. Georges Bernanos s'éteint à Neuilly le 5 juillet 1948.